News du 20 août 

Delta Junction – Rest Day
Bien dormi ! Jusqu’à 6h ! Ça fait du bien. Ciel couvert. Comme hier, petit déjeuner sous la tente et ensuite préparation de la suite ! Rangement des cartes et infos diverses sur mon parcours des quatre prochains jours dans mon porte carte clippé sur ma sacoche de guidon. Rangement de la sacoche vêtement, j’ai placé les vêtements chauds sur le dessus et rangé l’unique short et the shirt au fond de la sacoche avec la frontale car la nuit ne dure pas très longtemps à cette latitude. 
Ensuite inventaire de la sacoche nourriture. Je vais retourner au petit supermarché pour compléter mes vivres afin d’avoir quatre jours d’autonomie + un sachet de pâte instantanée en fond de sacoche en secours si besoin. 

Après mon lunch, Mary toc à la grand baie vitrée qui donne dans son jardin ou j’ai planté ma tente ! je suis sous son regard 24h/24h 🙂 elle est au téléphone, à travers des gestes elle me demande si je veux un café ! avec mon pouce, je lui répond « Top »

10 minutes plus tard elle m’appelle « coffee is ready »

Je fais trois pas et je suis auprès de Mary pour un bavardage de 45 min. 

Un petit chapitre sur « Mary »

Quelle sacrée femme ! elle mène son affaire drôlement bien pour son âge ! 72 ans. 

Je m’intéresse à elle, à son histoire. Elle ne doit pas avoir l’habitude, je lui pose quelques questions puis ensuite les mots sortent sans besoin d’autres questions, sa voix et son ton change… de ferme et assuré il se mue à doux et nostalgique parfois. 

Mary est née en Ohio, à 12 ans elle a commencé à travailler chez ses parents qui avait un motel et un magasin de souvenirs, elle a été femme de ménage, vendeuse et serveuse. Elle a rencontré son futur mari, ils se sont mariés, il est parti faire le Vietnam, il en est revenu. 

Ayant fait le Vietnam, il avait le droit de choisir son lieu d’affectation. Il a choisi l’Alaska. Un amoureux de la nature et des grands espaces. Mary avait 22 ans lorsqu’ils sont arrivés en Alaska. Ils ont eu 3 enfants qui vivent aujourd’hui en Caroline. Elle est grand mère de 5 petits enfants. 

Son camping est ouvert toute l’année 7/7 de 8h à 21h…elle ferme juste pour Noël…mais reste ouverte car au-delà de son camping, l’endroit de Mary est précieux et indispensable pour les locaux…beaucoup vivent dans des cabines rudimentaires, contre 6$ ils peuvent prendre une douche et laver leurs linges dans la laverie du camping. C’est le seul endroit entre Tok à 180km ou Fairbanks à 160km…des conditions de vies pas faciles…

Mary est propriétaires de plusieurs âcres de terrain ! Elle voit que j’aime cette nature ! Elle me voit vivre dans son camping depuis deux jours et faire mes préparatifs pour la suite…elle connaît aussi un peu ma vie maintenant. Elle va bientôt vendre son affaire. Elle me dit que si j’ai envie d’un bout de terrain pour poser une cabane dessus, elle peut m’en vendre un morceau. L’idée ne me déplaît pas…mais peut-être pas dans cette partie de l’Alaska. 

Son mari est décédé en 2004. 

Son rêve une fois qu’elle aura vendu son affaire (200 000$) est de s’acheter un mobile home et faire le tour des Etats-Unis ! Elle espère avoir encore 10 ans devant elle pour profiter de sa retraite bien méritée…

Voilà l’histoire de Mary et d’une très belle rencontre. 

Parfois sur mon vélo je me dis mais qu’est-ce que je fous là ! très vite je me souviens de ce que fous là et les lamentations stoppent net ! 

Sur mon vélo il y a des jours faciles, d’autres difficiles et d’autres très difficiles mais je suis vivante et présente dans ce que je suis, dans ce que je fais et dans l’espace temps. J’ai choisis de découvrir les espaces de cette façon. J’aime cette liberté que permet le voyage à vélo, j’aime n’appartenir à personne, le sentiment de n’être de nul part. Une nomade vagabonde…

J’ai croisé des cyclistes recherchant la compagnie, subissant un peu la solitude, choisissant les auberges de jeunesse pour rencontrer d’autres voyageurs…

Je suis à l’opposé. Je suis bien toute seule, je ne recherche pas la compagnie. J’aime les rencontres qui se font naturellement, spontanément sans préméditations. Je me fiche du regard des autres. Discrète et silencieuse je passe mon chemin en essayant de passer inaperçue…mais une femme seule sur son vélo avec son barda dessus ne passe pas inaperçue 🙂

Ma démarche dépasse le voyage ou voyager à vélo , le vélo est un moyen, ma démarche, une présence dans l’instant. 

Je suis contente de rentrer et de retrouver ma zone de confort mais j’ai besoin de la quitter régulièrement pour ne pas oublier le confort de mon confort. Lorsque tout devient normale et acquis, il y a danger… danger de me perdre dans le toujours plus, la lassitude, l’égo, le conformisme, le quotidien… ce sont mes peurs. 

Il y a 11 ans j’ai été stoppée net dans une vie ultra rapide, intense, dense dédiée à la montagne sans véritablement prendre le temps de vivre l’instant mais dans le « next » souvent, tout le temps. 

En une fraction de seconde, tout s’est écroulé, badaboum, la belle pyramide croissante s’est effondrée en un souffle…mais quelle leçon de vie j’ai reçu là ! J’ai perdu beaucoup mais j’ai appris à vivre vraiment.  

Je crois n’avoir jamais autant aimé la vie depuis ce jour où tout s’est effondré. La vie est là, la vie est courte, encore combien d’année me reste t’il ? Je ne sais pas, personne ne sait alors je vis à juste distance des conventions sociales. Ce n’est ni mieux ni moins bien c’est juste ce que j’ai choisis et ça c’est bien. Il n’y a pas de règles, chaque personnes est différentes, avec des besoins différents, des histoires différentes, des chemins différents … ces différences font la richesse de la vie. Il n’y a pas d’exemple à suivre seulement être à l’écoute de sa petite voix intérieur , ne pas mettre le couvercle sur ses émotions afin de se donner la possibilité d’être au plus proche de la vie que l’on souhaite et quel qu’elle soit. Le meilleur exemple s’est soi-même. 

Alors demain lundi, je vais enfourcher mon vélo pour des journées qui vont être difficiles voir très difficiles, il va faire mauvais temps, je vais devoir dépasser ma peur des ours pour vivre avec le mieux possible mais je suis vivante, bien vivante et vulnérable et ces émotions diverses me le rappellent à chaque instant ! 

Je vous souhaite un bon réveil, un bon début de semaine et peut-être à demain si j’ai encore du réseau avant d’entrer sur la piste du Denali 🙂

Katia 

Préparatif des cartes et infos sous la tente
État des lieux de la nourriture avant les courses
Mary

Publicités

7 réflexions sur “News du 20 août 

  1. Oh que d’émotion à te lire !!!! J’en ai les larmes aux yeux. Embrasse Mary pour moi avant de partir. Quelle femme elle aussi ! Quelle vie ! Quel humanisme chez cette grande dame !!!!
    Surtout sois prudente préserve toi des ours ! Tu as tant de choses à vivre encore !
    Bonne semaine Kathia. Tendresse et bisous

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s